Florent PAIROTO
Ostéopathe D.O à Saint-Nicolas - Arras

Qu’est-ce que le stress ?

Le « stress » est à l’origine une réaction physiologique de défense du notre corps.

Mais à présent il fait partie intégrante de notre quotidien : professionnel, familial, social …

Afin de mieux l’appréhender il est intéressant de comprendre son mécanisme d’action !

 

Multitude de processus, mécanismes psychologiques et physiologiques entre en jeu.

D’un point de vue physiologique: le stress est vu comme une source de nuisance.

D’un point de vue psychologique : le stress est vu comme une variable relationnelle entre l’individu et la situation

 

Hans Seyle (1956), un médecin autrichien qui a consacré une bonne partie de sa vie à l’étude du stress, selon lui «  le stress est la réponse de l’organisme aux exigences de l’environnement »

Il développe par la suite le syndrome générale d’adaptation, celui-ci se décompose en 3 phases.

Phase 1- Réaction d’alarme

Phase 2- Résistance : période de compensation, l’organisme cherche à rétablir son équilibre ou homéostasie de par sa capacité à s’autoréguler

Phase 3- Epuisement : Ressources physiologiques et psychologiques insuffisante abouti généralement au Burn out.

Cette approche a cependant des limites car elle est basée en grande partie sur une relation de cause à effet, expliquant l’apparition des symptômes de manière purement physiologique. Sans prendre en compte le contexte biopsychosocial et toutes les autres composantes environnementales. 

 

Lazarus & Folkman (1984), développeront par la suite une approche du stress plus psychologiques, la conception interactionnistes

Ils étudient la dimension cognitive entre le stimulus et la réponse de l’individu.

 « Le stress est le résultat d’une relation dynamique entre l’individu et les exigences de l’environnement, les ressources individuelles et sociales pour faire face à ces demandes, et la perception de l’individu de cette relation ».

Stimuli ou stress créent une réponse qui est interpersonnelle et dépendra deux principaux  facteurs :

-Facteurs contextuels : traumatismes, souffrance, contexte familiale professionnel et sociale…

-Facteurs individuels : Caractéristiques psychologiques de la personne, émotivité, vulnérabilité, anxiété…

 

Ces facteurs  ne sont pas les seuls paramètres à prendre en compte dans  l’apparition du stress et du processus de dérèglement de la santé du patient.

Car en fonction de ces agents stressants (contextuels ou individuels) la personne percevra ce stress de manière différente en fonction :

- De son soutien social

- De son état d’anxiété à l’instant t

- De la durée des stimuli stressants.

La personne arrivera plus ou moins à faire face à ce stress théorie du « Coping ».

Ce qui aboutira à des troubles somatiques (douleurs physiques diverses), troubles émotionnels (hyper-sensibilité, Burn out), troubles cognitifs (perte de mémoire, difficulté à résoudre des problèmes, voire pathologie psychologiques).

Le stress est donc le résultat de l’appréhension individuelle de la situation et de la réaction à celle-ci. 

 

Henri Laborit (1980), biologiste français confirme par ses nombreuses études sur le stress, que lorsqu’une personne ne peut ni dominer, ni fuir l’agent stressant, il lui reste alors l’inhibition de l’action créant un désordre neuro-psycho-immunologique profond chez le patient.

Pouvant être à l’origine de douleurs digestives, douleurs musculaires, troubles du sommeil et de l’attention, céphalées, vertiges, troubles cutanés, fatigue chronique etc…

 

L’ostéopathie une alternative au stress ?

Il faut tout de même garder à l’esprit que le stress est physiologique, c’est une réaction « normale » du corps.

Permettant de lutter contre danger, ou de s’adapter à une situation particulière.

Cette phase est régie en grande partie par le système nerveux sympathique. (Augmentation du rythme cardiaque, arrêt de la digestion, augmentation de la vigilance etc…).

 

Le système régulateur est le système parasympathique permettant de mettre le corps au « repos ».

Nous cherchons donc constamment un équilibre entre le système sympathique et parasympathique : serait-ce une des raisons pour laquelle beaucoup de patients se « bloquent » le dos dès qu’ils sont en congé ?

Leur corps étant majoritairement régi par leur système sympathique, à l’arrivée des vacances le système parasympathique prend le relais et chamboule tout !

 

Il n’est bien sûr ici pas question de ne pas partir en vacances ! Mais d’arriver à appréhender ce stress quotidien en équilibrant au mieux ses deux systèmes.

Plusieurs  solutions existent : la respiration (sophrologie, cohérence cardiaque), méditation, le sport, la relaxation et … l’ostéopathie !

 

L’ostéopathie permet d’équilibrer les deux systèmes à l’aide notamment des techniques crâniennes et pelviennes, permettant ainsi une régulation de l’homéostasie décrite précédemment par Seyle.

Ce qui vous permettra de prévenir les phases de stress, d’arriver à mieux les appréhender et à diminuer les tensions et douleurs physiques et psychiques qui se sont installées à cause du stress chronique.

 

«  Le moment le plus important pour vous relaxer : est quand vous n’avez pas le temps de le faire »

 


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.